#2 SE DEFENDRE FACE AUX TERRORISTES

La situation actuelle dans la zone du Sahel nous conduit à la nécessité d’adaptation de nos moyens, de notre formation mais aussi, et surtout, de notre stratégie globale qui consiste à revoir nos accords et à avoir des ambitions tous azimuts. Elle nous exhorte aussi à un ralliement total et généralisé de la population, qu’elle soit citadine ou rurale, mais surtout rurale.

Si le contrôle militaire est nécessaire et impératif, il faudra y ajouter cet autre facteur, celui de la « population », qu’il faudra avoir avec soi pour s’assurer un flux constant de renseignements, l’avoir aussi avec soi pour éviter la perte de contrôle de pans entiers du territoire national.

La réplique appropriée à mettre en place pour le Niger reste et restera une Armée qui réponde aux exigences et/ou critères (non exhaustifs) suivants :

  • Une Armée nombreuse en effectifs, instruite, entrainée, disposant des moyens adéquats et qui sait s’adapter à la nouvelle donne sur la guerre anti-terroriste ;
  • Une Armée qui contrôle son territoire, d’où la nécessité d’une occupation du terrain et d’une certaine permanence (durée) sur ce terrain ;
  • Une Armée qui saura vaincre sur le terrain par sa puissance et sa connaissance parfaite des coins et recoins du pays dont elle a la charge d’assurer la défense et l’intégrité ;
  • Une Armée capable d’agir simultanément sur une grande zone et pour une très longue durée, qui saura situer l’ennemi et faire converger ses coups sur lui, qui pourra aussi exercer une pression constante sur lui en occupant durablement le terrain ;
  • Une Armée qui saura œuvrer pour gagner la confiance des populations, dont elle est issue, par des actions concertées et profitables à toutes les parties.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut